Concours Reine Elisabeth 2014 Chant Finales 29 mai

Deuxième soirée des finales , entrée en scène de la mezzo-soprano française Sarah Laulan. Les qualités remarquées lors des épreuves éliminatoires se confirment. Elle possède l’assurance de l’artiste convaincue d’avoir été bien inspirée de se présenter au Concours, on a senti dès le début qu’elle s’engageait sans complexe dans cette épreuve. Ce soir, les mêmes qualités se retrouvent. La voix est belle,chaude, bien posée, un vrai régal. Elle possède ce don de mener ses phrases avec tellement de souplesse. Il est regrettable que l’orchestre la couvre dans Mahler. Son professeur , José Van Dam, ne la renierait pas , tant des qualités communes les rapprochent. Précisons que le règlement du Concours spécifie que le professeur ne peut coter son élève. Voici donc un bon début de soirée.

Park Hyesang, soprano coréenne, s’imposait pour les épreuves finales. Elle dégage beaucoup d’assurance mais qui sait ce n’est peut-être que la face visible….Remarquable est sa prestation, le répertoire choisi est varié et redoutable. Les quatre compositeurs qu’elle défend sont si différents; commencer par R. Strauss , ensuite Bellini, Massenet et terminer par Verdi (Traviata) nous propulse d’un monde dans l’autre. Elle prend même quelques risques dans l’extrait de Manon de Massenet. Nous avons devant nous une nature qui doit émerveiller par son talent et le bonheur qu’elle nous donne à goûter le chant. Nous la voyons assez bien placée.

Daniela Gerstenmeyer,soprano allemande terminait la soirée. Je ne la voyais pas nécessairement en finales . Elle avait privilégié le lied allemand en demi-finale avec une incursion dans Carmen de Bizet. Ce soir, ses choix sont clairs: Haendel, Brahms, J.S. Bach, Mozart et Mendelssohn. Rien ne pouvait mieux la différencier de la candidate précédente. Nous l’avons suivie dans son répertoire privilégiant l’oratorio et grand est notre bonheur. Nous avions l’impression de voyager au pays du BEAU sans artifices. Nous étions dans un moment de sobriété musicale intense. Le pays de la délicatesse et de la ferveur. C’est aussi cela participer à un Concours, offrir au public ( accessoirement au jury) ce que vous croyez interpréter le mieux, la musique qui vous est proche , tout intérieure. Evidemment, le bling bling est absent mais le public bruxellois a reconnu ce talent varié et a manifesté son contentement. On a souvent dit que le public des concours attendait essentiellement des démonstrations vocales. Non, le public bruxellois s’honore de reconnaître le talent. Bravo au public.

Marc Castelain 29 mai 2014

Pour les détails des programmes voir le site :www.cmireb.be