Concours Reine Elisabeth 2014 Chant Finales 30 mai

Nous voici arrivés à mi-parcours des finales. Nous avons déjà une petite idée de qui monterait sur le podium, mais il nous faut patienter et entendre les 6 derniers finalistes . Et de fait, après cette soirée, notre pronostic aurait été légèrement différent.

La soprano Chiara Skerath est suisse. J’avais conservé un sentiment mitigé suite à ses prestations précédentes. Je lui trouvais un manque de charisme , une interprétation trop extérieure et quelques manques de justesse. J’ai retrouvé ce soir une artiste qui dénonce ce que je viens d’écrire et qui me révèle sa vraie nature. A ma plus grande joie, elle m’apporte , ce soir, le délice d’être présent dans cette salle. Elle a trouvé l’expression juste que ce soit dans Britten ou dans Brahms, Le raffinement vocal , les legato de velours, la subtilité des nuances nous ont plongé dans une félicité rare. Alors ? Ai-je mal entendu précédemment ? Laissez-moi le bénéfice du doute.

Yoo Hansung , baryton coréen, possède une belle voix, puissante et révèle des qualités musicales. Je l’aimais beaucoup et sa place en demi-finale est bien méritée. On le découvre ce soir avec ses mêmes qualités. Il a du style , de l’expression et la puissance y est toujours. Mais, a-t-il trop présumé de ses forces ? Toujours est-il qu’au fur et à mesure de sa prestation, son organe vocal s’est épuisé et il a du puiser dans ses dernières forces pour terminer sa prestation. On sentait la prudence dans l’avant-dernier chant ( Chanson à boire de Ravel) , mais il restait ce qui devait être le feu d’artifice de sa prestation, le « Largo al factotum » du « Barbier de Séville  » de Rossini. il n’arrivait pas à placer confortablement ses notes aigües. Prudent, il a terminé non pas en force mais en roue libre jouant la prudence. J’ai l’impression que la voix était fatiguée et non pas comme le soulignait un commentateur que le répertoire était au-dessus de ses forces. Le jury ne devrait pas trop pénaliser cette faiblesse momentanée mais, c’est un concours et la chance n’aura pas été de son côté ce soir.

En fin de soirée ,la soprano coréenne, Hwang Sumi. Merveilleuse voix, merveilleuse artiste, c’est ainsi que je l’ai perçue lors des éliminatoires. Elle a une présence incontestable, un réel talent. Elle avait présenté « Nacht » d’ Alban Berg avec pureté et « Si mi chiamano Mimi  » de Puccini avec une angélique émotion. Ce soir, on l’a retrouvée avec un son clair, rond, brillant. elle possède ce don de projeter le personnage qu’elle chante en passant sans encombre de Berg à Puccini. elle aurait pu chanter toute la nuit, je serais resté sur place. C’est un pur enchantement. Elle trouve le style juste sans jouer la carte « concours ». Nous avions un récital dans ce qu’il y a de plus pur dans la musique. Il faudra en tenir compte pour les premières places. Et terminer la soirée avec « Im Abendrot » de R. Strauss, c’est prolonger le bonheur au-delà de la salle de concert.

Marc Castelain 30 mai 2014